Quel mode de garde pour mon enfant ?

Quel mode de garde pour mon enfant ?

Il est parfois compliqué de trouver le bon mode de garde pour ses enfants, celui qui s’adaptera parfaitement au rythme de vie de la famille, mais aussi à son budget. Akaza Services vous explique quelles sont les solutions qui existent pour faire garder votre enfant. 

Faire garder son enfant hors du domicile

Les gardes régulières

Vous retournez au travail, et devez faire garder votre bébé, de manière régulière ? Plusieurs solutions s’offrent à vous en collectif comme en individuel, dès 2 mois. 

Les crèches collectives sont très plébiscitées, et il faudra y réserver la place de votre enfant bien avant sa naissance. Elles accueillent de manière régulière et selon une amplitude horaires équivalente à celle des bureaux (8H-19H, fermé les week-end). Elles reçoivent généralement 5 à 8 enfants par encadrant. L’accueil en crèche collective est réservé aux enfants de 2 mois à 3 ans, jusqu’à leur rentrée en maternelle. 

Néanmoins, il faut savoir qu’il n’existe pas que des crèches gérées par les villes, qui sont parfois prises d’assaut. Vous pouvez aussi opter pour une crèche privée, gérée par une société, qui gardera le même mode de fonctionnement qu’une crèche collective. Il existe aussi des crèches dites parentales, qui vous demanderont un investissement personnel plus important. En effet, associatives, elles sont entièrement gérées par les parents, eux-mêmes encadrés par la PMI. 

Agréée par la PMI, l’assistante maternelle est employée par les parents. Toutefois, elle peut aussi être salariée par la mairie et dans ce cas, faire partie de ce que l’on appelle les crèches familiales. Généralement, l’assistante maternelle reçoit les enfants chez elle ou au cœur d’une maison d’assistante maternelle (MAM). Selon son agrément, elle peut garder jusqu’à 6 enfants et les accueille dès 2 mois et demi. Si elle fait partie d’une crèche familiale (ou maison d’assistante maternelle), elle pourra garder votre enfant jusqu’à son entrée en maternelle. Sinon, elle pourra continuer la garde jusqu’aux 6 ans de l’enfant et ainsi, gérer le temps péri-scolaire. 

Les gardes ponctuelles 

Parmi les modes de garde collectifs et temporaires, les haltes-garderies reçoivent les enfants âgés de deux mois à trois ans (voire six ans) généralement l’espace de quelques heures, jusqu’à trois demi-journées par semaine maximum. Ces structures peuvent être municipales ou privées, et sont réservées aux enfants dont l’un des parents ne travaille pas ou occupe une activité à temps partiel. 

Les structures dites multi-accueil mixent crèches collectives traditionnelles et halte-garderie. 

Draveil - garde-enfants

Faire garder son enfant à domicile 

Vous souhaitez apporter plus de sérénité et minimiser les changements d’environnement pour votre enfant ? Optez alors pour une garde à domicile ! Par ailleurs, ce choix de garde, vous apportera également plus de souplesse dans l’organisation de la vie de votre famille.  

La jeune-fille au pair 

Généralement de nationalité étrangère, la jeune fille au pair loge au domicile des parents. Elle aide les parents à s’occuper des enfants en contrepartie du gîte et du couvert. La jeune fille au pair devra alors consacrer 30 heures par semaine aux enfants de la famille. Ce mode de garde apporte beaucoup d’avantages notamment sur les amplitudes horaires, mais aussi pour le soutien scolaire. Toutefois, il faudra, bien-entendu, prévoir l’espace privatif nécessaire à l’arrivée de cette personne. Mais il faudra aussi bien prendre en considération l’impact de l’arrivée d’une personne étrangère au sein du foyer.  

La garde partagée 

La garde partagée est un système qui permet à deux familles d’employer la même personne. Cette dernière gardera les enfants des deux familles à l’un ou à l’autre des domiciles des parents et s’occupera de l’éveil des enfants, de leur alimentation et éventuellement des trajets école-maison. Très avantageuse, cette formule permet de partager les frais de salaire de la nounou qui sera alors salariée des deux familles. 

L’auxiliaire parentale 

Également appelée « nounou à domicile », l’auxiliaire parentale vient garder les enfants au domicile des parents. Elle s’occupe d’enfants âgés de 2 mois et demi à 10 ans. Elle s’adapte parfaitement au rythme des enfants et aux habitudes de leur maison. C’est la formule idéale lorsque l’on a besoin d’une prestation sur-mesure 

L’auxiliaire parentale peut prendre en charge tous les enfants d’une même famille. Elle est le plus souvent titulaire d’un CAP petite-enfance, mais peut également posséder l’agrément CQP (Certificat de Qualification Professionnelle) de garde d’enfant à domicile.  

Si l’auxilaire peut être salariée de la famille, il est aussi possible de faire appel à une société de services à domicile, tel qu’Akaza Services

L’intérêt de faire appel à une entreprise de services à domicile est multiple. En effet, n’étant pas directement salariée de la famille, l’auxiliaire pourra moduler ses horaires afin de s’adapter parfaitement aux besoins de chacun. Elle pourra tout aussi bien travailler régulièrement afin de garder votre bébé à temps plein ou en temps partiel. Elle pourra par exemple être présente avant l’école ou encore le mercredi après-midi, selon vos besoins propres. Mais elle pourra aussi intervenir de manière ponctuelle, selon vos besoins pour du baby-sitting ou encore de la garde de nuit occasionnelle, par exemple.

Nos auxiliaires parentales, organisent avec vous le planning de vos enfants : ateliers créatifs, aide aux devoirs ou encore accompagnement aux loisirs péri-scolaires.  Elles seront présentes pour s’occuper de vos enfants en toute sérénité et selon vos souhaits.

Contactez  Akaza services  et faites nous part de vos besoins en garde d’enfants, nous aurons la solution adaptée à vos besoins. N’hésitez pas à nous solliciter : contact@akaza-services.fr – 01 83 61 00 69

ateliers Encefal

2ème FAMILY DAY

Le 4 septembre 2021, participez à une journée divertissante sur le thème « Mémoriser ses leçons autrement ».

Découvrez la méthode Encéfal, développée par Elisabeth Grimaud, ou comment utiliser le jeu pour développer ses aptitudes.

La journée, gratuite et ouverte à tous, sera rythmée par des ateliers et conférences animées par la ludocoach et ludopédagogue .

Inscrivez-vous vite !

Risque de canicule, comment protéger nos ainés ?

Risque de canicule, comment protéger nos ainés ?

Le pic de chaleur que nous avons connu début juin, a réveillé les souvenirs tragiques de l’épisode caniculaire de 2003 

Pour le moment, rien ne nous permet d’annoncer avec certitude que notre été 2021 va connaître une nouvelle vague de chaleur. Toutefois, les personnes âgées, spécialement sensibles aux grandes variations de température doivent être particulièrement protégées face aux dangers de la canicule. 

Nous vous expliquons pourquoi et comment prendre soin de nos ainés en cas de pic de chaleur. 

Akaza services Draveil

Les dangers de la canicule

Le principal problème lié à la canicule est le risque de déshydratation, accru chez certaines populations fragiles comme les nourrissons, les personnes âgées et les personnes souffrant de maladies chroniques comme le diabète, par exemple.  Les causes de cette vulnérabilité chez les seniors sont avant tout physiologiques. 

Troubles de la sudation 

Dans un contexte de fortes chaleurs, les personnes âgées produisent moins de sueur que les personnes plus jeunes. Elles ont donc plus de mal à adapter leur corps aux élévations soudaines de températures. 

Dérèglement du mécanisme de la soif 

Alors que normalement la sensation de soif apparaît dès que l’organisme a besoin d’eau pour maintenir son équilibre, chez les personnes âgées, elle intervient avec un certain retard. Les seniors doivent prendre l’habitude de boire, avant même de ressentir la soif, que ce soit pendant ou hors période de canicule. 

Fortes chaleurs : protéger nos ainés

Depuis 2004, le gouvernement met en place chaque année un dispositif de surveillance, de prévention et d’action : le Plan canicule. L’accent y est mis sur la solidarité entre voisins et la lutte contre l’isolement des aînés, principal facteur de risque en cas de vague de chaleurs extrêmes. 

Au quotidien, voici quelques conseils afin de prévenir et protéger nos ainés en cas de fortes chaleurs : 

  • Appeler une à deux fois par jour pour s’assurer de la bonne santé.
  • Veillez à ce que la maison reste à l’abris de la chaleur : fermer les volets, les rideaux ou les stores des fenêtres situées sur les façades exposées au soleil.
  • Rappeler aux seniors de manger normalement (fruits, légumes, pain, soupe…). En cas de difficulté à avaler les liquides, consommer des fruits et crudités.
  • Rappeler  à nos ainés de  boire environ 1,5 L d’eau par jour. Pas de consommation d’alcool qui altère les capacités de lutte contre la canicule et favorise la déshydratation ; Éviter les boissons à forte teneur en caféine ou très sucrées. 
  • Si c’est possible, proposez de passer quelques heures dans un endroit frais ou climatisé. Toutefois, prenez garde aux abus de la climatisation qui peuvent entraîner des infections.
  • Se mouiller plusieurs fois par jour tout en assurant une légère ventilation.
  • Si elle est sous traitement médicamenteux, demandez conseil au médecin traitant ou pharmacien, certains médicaments peuvent accélérer la déshydratation.
  • Si vous êtes loin de cette personne, inscrivez-la sur le registre de sa mairie ou contactez son Centre Communal d’Action Sociale (CCAS). Elle bénéficiera ainsi d’aide en cas de canicule. 

Vous êtes loin de vos ainés, vous partez en vacances,  Akaza services  prend le relais ! Nous pouvons veiller, à votre place, sur vos ainés, ponctuellement  ou de manière récurrente, nos auxiliaires prennent le relais en toute quiétude. N’hésitez pas à nous solliciter : contact@akaza-services.fr – 01 83 61 00 69 

Le jeune proche-aidant

Le jeune proche-aidant

Commençons par quelques chiffres ! 

8,3 millions de personnes de 16 ans ou plus sont proche aidant. 4,3 millions le sont auprès de personnes âgées de 60 ans ou plus vivant à domicile.  44 % des aidants sont un conjoint, 12 % un enfant et dans 13 % des cas un parent. Les femmes représentent 57 % des aidants de 16 ans ou plus intervenant auprès de leurs proches à domicile. 
47 % des aidants occupent un emploi ou sont apprentis, 7 % sont au chômage, 33 % sont retraités, 13 % sont d’autres inactifs. Les aidants ont en moyenne 52 ans. 

Sources : Enquête Handicap-Sante auprès des aidants informels, DREES, 2008. Enquête Handicap-Santé, volet ménages, INSEE 

Akaza-services-draveil

C’est quoi un proche-aidant ? 

Le proche aidant intervient de façon essentielle et récurrente auprès des personnes en situation de perte d’autonomie. L’importance de leur rôle est de plus en plus reconnue, ainsi que les difficultés qu’ils peuvent rencontrer. Il faut bien différencier l’aidant professionnel, du proche aidant qui fournit son soutien sans contrepartie financière. 

Primordial dans la vie d’une personne en perte d’autonomie, le soutien apporté par les aidants peut prendre différentes formes : les aides dans les activités de la vie quotidienne (ménage, repas, toilette, présence), les aides financières, matérielles et le soutien moral. Souvent ce rôle va de soi et la plupart des proches aidants ne se considèrent pas comme tels, considérant que les soins qu’ils apportent à leur proche font partie de leur rôle. Pourtant, ce rôle représente un ensemble de responsabilités importantes, qui peuvent avoir de lourdes répercussions dans la vie personnelle et professionnelle de l’aidant. 

Jeunes et aidants

Un jeune aidant est un enfant, adolescent, ou jeune adulte de moins de 25 ans qui vient en aide, de manière régulière et fréquente, à un membre de son entourage proche qui est malade, en situation de handicap ou de dépendance. 

Est également jeune aidant tout jeune de moins de 25 ans qui, du fait de la maladie, de la situation de handicap ou de dépendance d’un proche, est amené à faire pour lui-même ou pour des membres de sa famille des tâches qui sont en corrélation avec la situation de dépendance du proche. Ces tâches peuvent être en rapport avec des questions financières, l’environnement scolaire, l’insertion professionnelle, les activités quotidiennes ou les rapports avec la fratrie. 

En France, la prise en compte, la reconnaissance et l’accompagnement spécifique des jeunes aidants est très en retard, voire presque nulle comparativement à d’autres pays. Malgré tout, de nombreuses associations et structures proposent des actions locales à destination des jeunes. 

Les aides et soutiens au proche aidant 

On remarque une forte accumulation de stress chez les aidants du fait du haut niveau de responsabilité de leur rôle, ainsi que de leur implication émotionnelle. Une fatigue physique et psychique peut conduire à du stress chronique, c’est pourquoi il faut veiller à maintenir la sérénité du proche. Le proche aidant doit apprendre à respecter ses limites, à reconnaitre que ses besoins sont aussi importants que ceux de l’aidé. 

Le rôle et l’implication du proche aidant est depuis quelques années de plus en plus reconnu et soutenu. Par exemple, depuis le 1er janvier 2017, les aidants salariés peuvent prendre un congé spécifique dit de proche aidant d’une durée de trois mois renouvelable. Autre exemple, il a été créé un « droit au répit ». Il s’agit d’une aide financière pour l’hébergement temporaire d’une personne aidée afin de permettre à son proche de « souffler » un peu et de se ressourcer. 

Depuis 2020, un proche aidant peut bénéficier de l’allocation journalière du proche aidant (AJPA). Elle s’adresse à toute personne résidant en France qui réduit ou cesse son activité professionnelle et souhaite s’occuper d’un proche en situation de handicap ou de perte d’autonomie d’une particulière gravité.  

Akaza services  organise des interventions sur-mesure pour permettre aux proches aidants de souffler au travers de son offre répit aux aidants.  Ponctuellement ou de manière récurrente, nos auxiliaires prennent le relais en toute quiétude. N’hésitez pas à nous solliciter : contact@akaza-services.fr01 83 61 00 69

Une journée avec une auxiliaire de vie

Une journée avec une auxiliaire de vie

Graziella, auxiliaire de vie à draveil

Aujourd’hui, nous allons suivre la journée de Graziella, auxiliaire de vie, qui accompagne au quotidien de nombreuses personnes en manque d’autonomie.

Graziella a deux enfants et elle a rejoint Akaza Services en Octobre 2020. Auparavant puéricultrice, elle a ensuite, travaillé auprès de personnes avec de lourds handicaps et a souhaité, continuer dans cettte voie qui lui apporte de nombreuses satisfactions personnelles

« Je suis heureuse d’aller travailler tous les jours et les personnes que j’accompagne me le rendent bien »

La journée d’une auxiliaire de vie

8H45 – Graziella commence sa journée avec une intervention chez Mme B. pour une assistance au lever

10H30 – Elle se rend ensuite, chez Mme V. chez laquelle elle effectue une prestation d’aide à la douche

12H15 – Graziella retrouve M. G., pour une aide à la préparation des repas

17H30 – Elle finit sa journée chez Mme A. pour une prestation incluant l’aide aux repas ainsi que l’aide au coucher

 

 

Le contexte COVID

Le contexte sanitaire actuel est compliqué pour les auxilaires de vie. En effet, le métier  est avant tout un métier d’accompagnement et de soutien souvent plus psychologique que physique. Être auxiliaire de vie requiert de la bienveillance, de l’écoute, de l’attention et de la patience. De ce fait, les règles sanitaires que nous subissont tous depuis plus d’un an, ne favorisent pas les interactions nécessaires au bon déroulement des interventions des assistantes de vie aux familles.

Akaza Services met un point d’honneur à accompagner au mieux ses auxiliaires afin de les soutenir psychologiquement face aux difficultés rencontrées dans le contexte particulier de la COVID-19. Nos auxiliaires de vie accompagnent au quotidien des personnes vulnérables, souvent isolées, nous nous devons, donc, de leur apporter les meilleurs conditions de travail possible.

Akaza services accompagne au quotidien les seniors : aide à la toilette, aux repas, au lever et coucher, accompagnement véhiculé,… Nos auxilaires de vie peuvent répondre à de nombreux besoin, n’hésitez pas à nous solliciter : contact@akaza-services.fr01 83 61 00 69

Les bienfaits du ménage de printemps

Les bienfaits du ménage de printemps

« La vie ne commence vraiment que lorsqu’on a remis de l’ordre chez soi. » 

C’est ainsi que débute l’ouvrage de la prêtresse du rangement Marie Kondo. Le printemps est traditionnellement le moment idéal pour organiser un grand nettoyage, trier, ranger, donner un nouveau souffle à son intérieur. Alors, on n’attend pas une minute de plus et on s’y met ! On vous dit tout sur le ménage de printemps et ses bienfaits !

 

Les bienfaits du ménage 

Si le rangement permet tout simplement de mieux organiser son espace et de trier ses affaires, il permet aussi d’alléger son esprit. D’ailleurs, la méthode de rangement de la désormais célèbre Marie Kondo n’a pas pu vous échapper depuis quelques années. 

Bien entendu, il n’est pas nécessaire d’être un organisateur professionnel, un maniaque du rangement, ou encore un féru de feng-shui, pour comprendre les vertus du rangement. Il y a en effet, des bienfaits psychologiques, selon les spécialistes. Qui ne s’est jamais mis à ranger après un deuil, une rupture ou tout simplement, pour passer à autre chose…  Le rangement, le tri, apparaissent alors, comme un signe que nous sommes prêts à tourner la page. Ainsi, nous mettons de l’ordre autour de nous, tout comme à l’intérieur de nous-même. Ranger est synonyme de créer, de voir les choses sous de nouvelles perspectives, et de réinventer son chez soi et la vie qui va avec. 

Après plusieurs heures de rangement, de nettoyage et de tri, on peut alors, ressentir une sensation de bien-être semblable à celle ressentie après d’une séance de sport. L’une des clés du rangement, c’est de ne commencer que ce que l’on sait pouvoir terminer. Cette activité provoque alors, un fort sentiment de fierté du travail réalisé et d’accomplissement de soi.  

Nous vivons dans une société de surconsommation, où nombre d’entre nous ont pris le parti du less is more”. On prend conscience qu’accumuler les objets ne contribue pas au bonheur. Alors, on ne conserve que ce qui nous est utile et ce qui nous rend réellement heureux. 

Si les bienfaits du rangement sont maintenant claires pour tout le monde, avant de se lancer dans un grand ménage de printemps, il va falloir un peu d’organisation ! 

Comment organiser son ménage de printemps ? 

On travaille en famille ! 

Plus on est nombreux plus on est efficace. Pour que la corvée ménage n’en soit plus une, on la transforme en une mission collective ! Chacun gère ses affaires, son espace et tout le monde y met du sien ! 

On s’engage ! 

Une fois qu’on commence, on s’engage à terminer, c’est la clé du succès !  

1. Trier

Sacs poubelles et cartons prêts, on commence déjà par trier. On optimise son rangement en gardant en tête que “less is more”. On ne conserve que ce qui nous est (vraiment) utile ou agréable. On trie tout : vêtements, jouets, vaisselle, cosmétique, … Selon ce même principe, en faisant trois tas : à garder, à jeter, à donner. On gère toutes les pièces de la maison une à une, en finissant par la cave, le garage, le grenier, toutes ces pièces souvent débordantes de “ça peut toujours servir”. Une fois le tri fini, vous devriez avoir l’esprit plus léger ! 

2. Ranger 

On organise chaque espace de rangement en regroupant les objets par type et fonction, et par fréquence d’utilisation. Par exemple, la machine à raclette, ne servira certainement pas en été. Alors, on lui trouve une place en hauteur, dans le fond d’un placard ou directement à la cave. A l’inverse, la vaisselle que vous utilisez chaque jour doit être rangée dans la cuisine et à portée de main. On essaie de faciliter ses rangements, pour se faire, on use et abuse des séparateurs de tiroirs, des boites et autres caisses de rangement. Et si on aime la déco, on en profite pour choisir de jolis contenants !  

3. Nettoyer 

Il s’agit là de nettoyer tout ce qu’on ne nettoie pas au quotidien, dans une limite de temps raisonnable. On peut s’organiser pour en faire un peu chaque jour, en mode challenge nettoyage d’avril ! Dans chaque pièce, on nettoie vitres et volets, plinthes, poignées et interrupteurs. Dans les pièces humides, on désinfecte les tuyaux et siphons, on nettoie les aérations.  Côté cuisine, on prend soin de son électroménager. On dégivre le congélateur, on vide et désinfecte le frigo, on nettoie aussi les fours.  On fait tourner avec de l’eau vinaigrée lave-vaisselle et lave-linge. Enfin, on fait briller ses étagères, ses armoires, ses placards mais aussi les abat-jours, sous et sur les meubles. 

Vous n’avez pas le temps de tout gérer ? Ranger, nettoyer ? Akaza services vous propose une prestation Ménage de printemps sur-mesure et selon vos besoins. Nous pouvons vous conseiller afin de vous aider à structurer et organiser votre intérieur pour gagner du temps au quotidien et vous sentir plus serein ! Contactez-nous pour plus d’informations : contact@akaza-services.fr01 83 61 00 69 

4. Coup de frais sur les textiles

On en profite pour donner un grand coup de frais à ses textiles de maison. On nettoie ses oreillers et matelas, on les sort au grand air. On retourne son matelas, afin qu’il ne se déforme pas. On passe également les rideaux, les nappes, les draps et les serviettes à la machine. 

Akaza services peut vous proposer une prestation complète pour vos textiles de maison. Nous utilisons le défroisseur vertical SteamOne, qui fera des merveilles pour vos voilages, et certifié anti-Covid ! Contactez-nous pour plus d’informations : contact@akaza-services.fr01 83 61 00 69 

repassage-defroissage-akaza-draveil

5. On se met au vert

C’est le moment pour rempoter, planter, semer, arroser. On nettoie les plantes qui ont souffert durant l’hiver, on tond son jardin, on prépare son futur coin barbecue. Pour ceux qui n’ont pas la chance de posséder un jardin, on investit balcon, loggia ou un espace dans le salon pour se créer un coin détente dans la verdure. Plantes grasses et grimpantes, fleurs des champs, donnent instantanément un air d’extérieur à l’intérieur. 

Akaza services propose des prestations de jardinage ponctuelles ou régulières. Vous souhaitez remettre en route votre jardin après ces mois d’hiver ? Contactez-nous pour plus d’informations : contact@akaza-services.fr01 83 61 00 69

Donec Lorem pulvinar massa in mattis